Jusqu'au 26 mai 2019
Ouvert de 13h30 à 18h30 :
- du mercredi au dimanche jusqu'au 14 mars
- tous les jours à partir du 15 mars 

 

Au Château des Allymes, j'ai voulu m'imprégner du lieu qui est à la fois magnifique et impressionnant. Je n'ai pas de compétence en histoire. Je peux, cependant, ressentir le lieu... à ma façon. Le château des Allymes m'a inspiré un choix de sculptures visant à rendre dérisoires les luttes perpétuelles de pouvoir et de territoire que les hommes se font, dès lors qu'on les observe à une échelle du temps plus vaste que celle de l'époque glorieuse du château.

Vernissage samedi 13 avril à partir de 11h

> Présentation
de ma démarche

 

> Me contacter

 

> www.allymes.net
 

Oeuvres présentées au Château

 

Accueil :
- En écho à cette notion de territoire, présentation d'un tableau de migrants en fil de fer.
- L'homme rapace : être hybride en bronze

 

Salle 1 :
Désormais seul au milieu de la forêt, le château semble incarner un autre symbole qu'à l'époque de sa gloire : celui de la responsabilité de l'homme vis-à-vis de la nature qui l'entoure.

La question de notre survie au sein de la nature, y est symbolisée par la présence de la sculpture « arbre » :
- comme un tout qu'il convient de préserver, et dont nous faisons partie
- comme une quête urgente et douloureuse de l'essentiel traduite par l'imploration de la « femme-arbre »
- comme une allégorie de la vie : même dans la tempête, dansons, jouissons de la vie, tant que nous pouvons nous accrocher aux branches

Salle 2 :

Si les hommes du Moyen Age semblent avoir passé du temps à la conquête ou à la défense du territoire, les femmes devaient vivre certainement très souvent dans l'attente, et donc entre elles. Cette salle évoque « la vie de château » ( faste ? Étiolement ?) : c'est pourquoi j'y ai installé plusieurs sculptures de femmes et d'enfants :
- femme d'âge mûr
- femme enceinte occupée à couver
- jeune fille en attente
- bébés jouant à la chaleur du feu
Une sculpture végétale et textile complète le dispositif : elle se veut comme un esprit féminin habitant les lieux.
J'ai été 'frappée' au château par les boulets de pierre qui servaient de projectiles. Cette forme ronde m'a inspirée plusieurs boules en céramique présentées au sol devant la cheminée :
- répliques des boulets de pierre,
- miches de pains comme symbole de la vie quotidienne
- étreinte fusionnelle
et Bacchus s'invite à la fête !...

Chemin de ronde

Pour compléter cette idée de la présence des femmes au château, 3 sculptures ont été installées dans la coursive (portion Nord et Ouest), face aux fenêtres, comme des femmes « perpétuelles », toujours épiant ou attendant...
- 3 sentinelles
- femme préhistorique observant déjà les lieux
- femme que la durée de l'attente a fini par vieillir

 

Salle René de Lucinges,
Résumé de l'histoire du lieu, cette salle abrite une installation comprenant une sculpture mixte 'terre et bronze' nommée Charlie. Entre rire et douleur. Elle a été réalisée après les attentats terroristes de l'hebdomadaire du même nom. Autour d'elle, des répliques en terre sont suspendues comme des vanités. En réponse à la violence et à l'aveuglement des hommes.


 

© 2017 par MTBallet. Créé avec Wix.com

  • s-facebook
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now